mardi 3 juillet 2007

Tsim tsoum

Alors que j’approchais de l’if, silhouette graphique sur le mur blanc, j’aperçus, enroulé en spirale autour du tronc, un objet étrange, scintillant…Filet commercial poussé là par le vent, me dis-je.
Je voulus le décrocher et découvris, comme en une révélation, une mue de serpent, opalescente.
L’animal avait usé des aiguilles de l’arbuste pour y enrouler sa peau ancienne…Je la détachai doucement, résille d’un maillage losangé très serré, côté dos, annelure plus lâche, d’une alternance parallèle sur l’abdomen, sillons tracés de la reptation.
Il s'était trouvé là. Il avait disparu, laissant derrière lui, cette ombre de lumière. Eclair obscur. L’insaisissable.
Par devers moi, je le nommai Tsim tsoum.

Combet Noëlle.

Aucun commentaire: