mercredi 19 septembre 2007

Effacement.

Doigts en éventail
Ouverts au souffle ;
Au retrait du jour,
Doigts refermés
D’un claquement.
Compagnon des insomnies
Le déceptif
Se jouait des nuages
Captivant
Ses poursuivants.
Le rythme
S’était effiloché
Au chant du coq.
Dans la forêt
Les flaches
Noyeuses
De Rien.
Possibilité
Inépuisable
Des fuites
Dans la légèreté
Inouïe
Des cendres
Ombreuses
Des traces,
Ouvreuses des feuillets
De l’air.
N.C.

Aucun commentaire: