mardi 15 janvier 2008

Envoi de Yves Rocher : Préambule.

Ces lignes de "rêverie méditative" énoncées, comme en marchant dans une forêt buissonneuse de philosophie, constituent une ouverture à un écrit en élaboration et m'ont été adressées par Yves Rocher en écho aux textes ci-dessous :"Acquiescement"(Nietzsche et l'amor fati 04 09 07), "Référence n°3"(Spinoza, le désir, la raison 07 08 07), "Des raisons de la colère"(la question du "ressentiment"03 01 08).


Je vois qu'en me soumettant, au travers Nietzsche, cette question de l'amor fati, je n'ai guère depuis quelques semaines cessé d'y penser, d'en redécouvrir le motif au travers telle réflexion, tel temps de cours, d'en parler comme malgré moi au fil d'une conversation quand elle porte sur la question de nos errances et de nos voies de salut.Un salut sous cette formule de Spinoza: "La liberté est l'immanence de l'action de chacun à sa propre essence", à son désir donc.
C'est bien la barre sur le sujet qui me préoccupe, et exactement la théorisation du sinthome: la vérité du sujet manifestée dans son oeuvre. Question donc de la qualité du geste créateur.
Chez Spinoza précisément, Dieu est immanent à son geste créateur, et de toute éternité. Deus sive natura, donc -nature naturante et non nature naturée pour reprendre la distinction scolastique.
A l'oreille du musicien comme du musicologue, les premiers menuets qu'écrit Mozart à six ans, c'est distinctement et indéniablement "du Mozart". Vieille question insistante: "qu'est-ce qu'un auteur?" (S. Beckett). On peut donc dire qu'il n'y a pas d'auteur "derrière" l'oeuvre, "derrière" la Parole: évacuation du sujet (psychologisé, moïque), mais nullement forclos et indifférencié: son assomption bien au contraire, sa vérité. Son alpha et son omega en acte.
Je crois discerner là l' "ego fatum" de Nietzsche. L'ex-stase est-elle l'instant que je sauve dans la "nuit obscure" de mon exil? En est-ce la possible rédemption? Un tel instant me révèle-t-il que rien n'a à être jugé? - Celui "qui doit venir un jour sera libre de ressentiment".

Yves Rocher.

Aucun commentaire: