dimanche 27 janvier 2008

Pleurs en pétales.



Transparences de fleurs

Sont les pleurs ;

Octroi pluvial

De notes,

Détachées,

Et gerbes, tout à coup,

D’un piano ;

Nacre de lumière

Au bord de cet étang,

Où un narcisse exténué

Pleurait sa forme

Engloutie par l'image ;

Vagues ombrées d’opale

Quand des profondeurs

Sourd une émotion

Evasive ;

Fleurs désolées,

Déchiquetées

En ruissellement pourpre

De la passion.

Et puis rosée,

Lorsque soupire

La tendresse

Du désir;

Larmes de la pensée

Pour liquider les armes,

Flots de l’impuissance

Sur la détresse

Et le néant ;

Pleurs de la réjouissance

Quand s’offre l’instant

Et que coule la reconnaissance

Des partages.

Fleurs blanches des tombeaux,

Des ossuaires ;

Larmes de vie,

Larmes de mort,

Les pleurs sont fleurs coupées

A jeter dans les fleuves.

N. Combet.



Aucun commentaire: