jeudi 13 mars 2008

Epiage.



Le cri guerrier du coq

A enroué la lucidité

De cet air,

Flottaison de jasmins.

En cet instant

Troué de cigales,

Allons à la rencontre

D’aventures portées

Par les battements du verbe

Et l’écriture des grives

Déniant le concept,

Aux baies des lierres.

Il n’est d’universel

Que le singulier

Qui se décline au pluriel

Lorsque le don d’épiage

Inscrit la dette du grain,

Qu'ont oubliée

Les possédés

De théomanie et autres théories

D 'extrémité;

Et leurs munitions

vont criblant le monde

Tandis que se croisent

En vive nature

Lignes amoureuses,

Toutes démunies,

Des non sens

Qui nous enfantent.

N.Combet.





Aucun commentaire: