mardi 29 avril 2008

Oh! Mais quelle salade!



Le merle fut mis en appétit par une boule rouge qui alluma son instinct : il s’en fut becqueter la fraise des bois.
Le botaniste passant par là, se pencha et reconnut, aux cinq pétales d’une fleur encore en attente de fruit, la semperflorens, variété de la fragaria vesca.
Il s’extasia devant les énigmes de la nature : la fraise sauvage, connue depuis la préhistoire, plus têtue que les dinosaures, avait traversé le temps, poursuivi sa pollinisation et sa floraison aux printemps de tous ces siècles, pour passer, au fil de tant d’étés, de la fleur blanche à ce fruit rouge.
Le poète, devant ce carré piqueté d'amarante, cria son désir : mon amour a la saveur des fraises, sa subtile fragrance !
La ménagère y vit la promesse d’une tarte goûteuse.


Et pendant ce temps, dans un bureau aux murs tapissés de livres, un philosophe s’interrogeait sur l’Etre de la fraise tandis que dans un décor presque semblable, un métaphysicien tentait d’en déterminer les Invariants,


et la fraise, rebondissant au-delà d'une saisie globale, poursuit sa traversée du temps, s'offrant à la multiplicité des rencontres, obstinément, dans sa rouge persistance.




n.c.



Aucun commentaire: