samedi 17 mai 2008

ailleurs

dans les mains gèle une grenade
sang clair sucré sous les ongles
le printemps bave
je rêve
j'écrase les lèvres rouges du fruit
une bouche de géante bée sur les grains
derrière les murs j'entends frapper un océan

ne regardez pas l'ombre sous les voûtes
fuyez, la course vous emporte
et laisse à peine une trace foulée sur les herbes.
Vous y êtes.


avril/mai 2008

Nadine Meyran.

Aucun commentaire: