lundi 2 juin 2008

Presque...rien.



Plume d’oiseau je froisse

L’eau de la fontaine.

Ombre d’avion je trace

Un trait griffeur de ciel.

Note de musque résonne,

Longtemps tenue.

Brin de luzerne tremble

Au souffle du vent chaud.

Sourire d’enfant m’entrouvre

Au son des mots.

Douleur d’exil, je suis ce pleur

Séparé.

Odeur des fleurs m’éparpille

Dans l’espace

De partout…presque de nulle part…

Presque…rien.

No. Co.




Aucun commentaire: