vendredi 29 août 2008

un souvenir de vacance

je marchais et c'était le silence qui marchait près de moi
je voyais mon amour 
il ressemblait à une grande figure d'ombre étirée par le soir
chaque promeneur croisé laissait flotter dans l'air le timbre de sa voix
une si vieille enfance me frappait aux jambes
alors je courrais pour goûter encore au souffle des courses passées

cependant mourraient les tendresses
et je collais au tronc des arbres ma chair flapie 
toute soûlée de vide je voulais retenir par les pans insensés de l'espoir 
le désir en fuite

nm 
27 août 2008



Aucun commentaire: