vendredi 7 novembre 2008

Une histoire.




Tessiture

douce et râpeuse

de la feuille

langue de chat,

eau de rosée

fondante

sur nos doigts léchés ;

soleils d’ébène

de toi à moi

et la rengaine

qui se dégaine et ne revient pas.

Des ancolies

Tressent mes cheveux

Au désespoir des je veux et pas ;

Vieilles romances

et vieilles lunes

n’en finissent pas

de s’étirer

au pas à pas

des marque-pages.

Sous la bourrasque, feuillets en essaims se sont évanouis :

Blanche inhumation du livre effacé

rappelant la feuille à sa nouveauté

d’une tessiture de douceur pelée

N.C.





Aucun commentaire: