lundi 20 avril 2009

Alternative.

Naissance autre.
Instant gravide,
suspens…




déployant
l’absolu présent,
en quête…




Tâtonnements
qui inventent

l’aveugle ébloui.




Le réseau des pistes
embrouille la dé brouille,
débarbouille
des arrières lointains.





Superfluité
saigne sous le tranchant
d’un fil affûté
de lucidité.




De l’entaille
en l’instant,
un autre naîtra




et ainsi de suite,
loin de la mémoire,
va l’alter natif,
d’oubli créatif .

N.C.

2 commentaires:

Hécate a dit…

"L'aveugle à son miroir cherche à violer sa nuit".
(Angèle Vannier)
Lisant, votre poème,ce vers d'A. Vannier me semblait y répondre.Aveugle à 22 ans, sa voix entendue à la radio,me toucha profondement.Eluard a préfacé son deuxième recueil de poésies.Et, j'ai, dédicacé de sa main "Le sang des nuits".( 1917-1980).
Bien amicalement.Hécate

Noëlle Combet a dit…

Ce vers d'A.Vannier, que je ne connais pas, ( je suis impressionnée par votre culture littéraire et artistique), m'a profondément touchée.
Écho à "l'aveugle ébloui" et
en même temps à "l'oubli créatif", retour à la nuit : En effet éclairer ses ténèbres à l'aide du miroir est violent et ensuite, l'oubli : la nuit qui revient pour éviter le naufrage dans le reflet de soi...
Viol, mais provisoire...et ensuite, le doux sommeil de la mémoire, sachant que cet "oubli" ne peut être sans ce qui a été.