jeudi 4 juin 2009

Le temps a exhalé
une sève vert rouge.
Je suis en décalage horaire
avec ma pensée.

Quel espace synchrone d’avant la mémoire ?
A quelle distance d’années-lumière ?
Aller en s'enfonçant dans les sables du temps,
espace dessaisi de ses points cardinaux.
Les mots échappent par poignées
comme ont fui les secondes au cadran de l horloge
arrêtée ;
leur chute blanche troue l’ombre portée des murs.
Au seuil de ce pays aveugle et sourd,
dans le désert des fleurs,
tâtonnant, doigts tendus,
arrive-t-on jamais ?
N.C.

2 commentaires:

hécate a dit…

Pourquoi après celà ne pas aller écouter un peu de Marcel Schwob sur le fil d'archal ?
Amicalement .Hécate

Noëlle Combet a dit…

Merci, Hécate; je vais répondre à l'invitation ; ce soir sans doute.