vendredi 21 mai 2010

Concerto.



Une histoire s’élance jusqu’au-delà d’elle-même,
se poursuit, se dépasse, se devance,
se gagne à tous les temps et modes,
plie aux vents mêlés
de multiplicités diffuses,
se glisse entre les cordes
d’un vieux stradivarius…

Au grenier, près du mur,
sur les bords du gibus étoilé d’araignées,
maintenant tout crotté,
l’hirondelle a niché.
La voilà qui s’envole
par la lucarne ronde…

Un cerf-volant bleu
rejoint les nuages ;
l’ayant lâché
le vieil enfant joueur,
s’en ressaisit
dans la note haute et longuement tenue
du stradivarius.

noco


1 commentaire:

Vincent Lefèvre a dit…

Oh, greniers de notre enfance ! Et que n'avons-nous tous de ces greniers-là dans la tête !