mercredi 23 juin 2010

Escapade.


Lors que nous allons escarpinant 
le long du temple de Segeste 
les nuages s'escarpolent 
escamotant le ciel;
  deux escargots caracolent 
sur un chardon rosecâlin 
et le soleil mirobole 
discobolant  
en son déclin.
noco


Annonce: le n° 10/11 de "Temps marranes" est en ligne.



 

mardi 1 juin 2010

Mamarachnée.







Je publie à la mémoire de Louise Bourgeois dont la mort a été annoncée ce matin, ce poème que m'avait inspiré en novembre 2007 sa sculpture de l'araignée géante dite "Maman".



Mamarachnée, oh mon ouvreuse,
oh ma diseuse,
je suis ta fille de joie ;
je t’ai sculptée en cathédrale d’athéisme,
de vigilance et d’érotisme.
D’yeux multiples, dans ton temple funambule,
tu files la soie qui m’a menée, au parfum de toi,
de moi à moi,
de mois en mois
et d’émois en émois.

Le long de tes pattes fines et douces
je m’enroule et remonte
jusqu’à ton dos, doudou chiffon,
m’en fais transat
à regarder le ventre des nuages
pâtes à modeler que pétrissent les souffles.

Très assurée,
très rassurée,
je redescends
et te fais baldaquin où tramer des amours,
réjouissance indécente qui me délasse
et me délace.

Puis je couds des chemins avec mes pieds
et te fais palanquin
ou ombre à inventer les secrets des sentiers
comme à les éventer.
Au retour, tu seras ma maison ;
ton ventre est un chapeau
de velours sentinelle
tout là-haut.

Tes géantes ogives s’ouvrent dans leurs écarts
aux invites d’un monde résolument aimant,
à la désespérance, tendre, furieusement,
des  mains qui se disjoignent,
et la vie
qu’autrefois je portais,
me porte et me déporte
désormais.
Mais soleils en éclats
posent sur nos tissages
pas sages
des rires de passage
qui cascadent le temps.


Noco.



A l'intention des Bordelais : Un film consacré à Louise Bourgeois est projeté depuis quelques jours à l'Utopia.