samedi 1 janvier 2011


Le froid a froissé ses ailes
Le pinson pique la baie de sa survie
dans l’aubépin
noco

3 commentaires:

Tarek Essaker a dit…

Main t'écrit en chemin
La survie des brisées aubépine
Prisonnières de leurs promesses
Drues à ferrer le loin endiablé

Noëlle Combet a dit…

Refleurira l'aubépine,
larmes de la violence
séchées dans ce pays là-bas
et sur tes joues.
T'écriront les mots
liberté des promesses
en chemin.

Vincent Lefèvre a dit…

J'interviens dans un débat, proche, voisin, étrange et étranger, quand tous les mots sont posés là... et qu'il en advienne, vraiment !