dimanche 1 janvier 2012

Dans le là de ce temps






Ecoutez la  terre se retirer… profondément,
note la plus sourdement,  multiplement tenue…
d’un oud.
La résille du givre se tresse avec les herbes
 et mes cheveux.
Cris fragiles d’oiseaux,
là-bas.
Un merle noir, ici, bec orange, fouit
l’ocre des feuilles mortes.
Il quête, picore
férocement,
se nourrit d’abondance.
Le rouge gorge, indigné,
gonfle ses plumes en vain…
sautille…  pauvre danse de guerre…en marge du festin.
Mésange à tête noire
tape aux carreaux,
leurrée par les boules brillantes  du sapin
derrière les vitres
La lumière, au lointain, hiberne dans ses brumes.
noco
.


Et toujours dans le là de ce temps, vœux chaleureux à mes lecteurs et à tous.les autres dans l’espoir que, sortant des addictions et images chimériques que le système ultralibéral  propose, nous leurrant, nous ravalant à l’état de cible marchande et d’objet de ses calculs, nous puissions agir… un peu… pour que…peut-être…  les hommes et le monde aillent mieux,…dans nos frontières en sortant d’un système avidité consommatrice/pénurie, au-dehors en défaisant les tyrannies.
N.C.



2 commentaires:

Vincent Lefèvre a dit…

Bon an, sans mal an, si possible, Noëlle !

Et ces mots-'là', de cette manière-'là', tels qu'on les aime. Merci, Noëlle.

Bon, ceci dit, 'ultralibéralisme' me paraît excessif car ce libéralisme-'là' se suffit à lui-même, conforme à son projet, c'est à dire d'être intrinsèquement 'ultra'.

Noëlle Combet a dit…

Merci Vincent et recevez des souhaits en retour pour cet an qui vient-sera-t-il nouveau?-
J'apprécie la durée de ce lien que l'écriture a filé de vous à moi.
Je suis d'accord pour "libéralisme" : j'avais envie de le rendre encore plus caricatural et avais même envie de le caractériser d' ultra-neo-, histoire d'exagérer les tentacules de la pieuvre!!