vendredi 20 juillet 2012


Pour vivre aujourd’hui
j’invite les yeux profonds de cet homme sa bouche couteau sa barbe douce ou ses cheveux
son histoire inventée
Je me tiens sur la partie effacée de la photo
sur le versant secret de la vie que je crée
Je mâche les mots qui vont sonner résonner le monde le battement le temps la durée qui va si vite
Le soir sonne de rythmes en expansion
les fruits mûrs crachent leurs noyaux qui s’enterrent se fendent  germent s’enracinent et croissent
répandus en virgules vertes dans le texte végétal.


1 commentaire:

Hécate a dit…

Très vivement imagé ,les virgules vertes ,les noyaux qui s'enfouissent et vont dans l'effacement germer de nouveau ,donner au paysage la dimension de l'arbre ...
Mots suggestifs ...