dimanche 28 octobre 2012

Avant toujours



Une langue rêche
me râpe, me pourlèche
de mots rebelles 
et de morts trop belles
je vire volte et revire,
me saisis d’elle
qui me rabâche.

Voile s’éloigne au loin en énigme océane

Pourpre bleue des oursins
et filets amarante...
 Mailles rompues
de moustiquaire mélancolie
sont regards ouverts
sur le pays passe-velours
qui m’enveloppe  et me dissout
au crépuscule,

tous les jours
avant toujours...

noco