jeudi 4 avril 2013

Considération du jour


Cette "affaire" me semble désormais relever prioritairement du droit ainsi que de la relation entre un homme et lui-même. Cahuzac est entré, il y a quelques années en délinquance, et doit être sanctionné. Plus essentiellement, il s'est aliéné aux attitudes régressives et à la "bêtise systémique" produites par le pouvoir et l'argent.
Notre réflexion devrait donc nous porter à comprendre ce pouvoir déstructurant de la pure quête du profit. Comment résister, chacun dans son domaine, à ces incitations à l'immédiate jouissance consumériste décuplée par le pouvoir. La question se pose aussi d'une autre façon en ce qui concerne Strauss-Kahn. Ce système engendre la démesure. Le combattre passe, certes par une chasse au délit- que Médiapart réalise avec scrupule-, mais au-delà le combat doit être mené, non pas pour une moralisation ( qui saurait où est le Bien et où le Mal) mais pour modérer un système politique qui engendre la démesure, c'est à dire pour chercher, voire trouver, non ce qui est le Bien, mais ce qui est bon, c'est à dire, pour reprendre les termes de Simondon, favorable à une "individuation" et une "transindividuation". Etre un journaliste "acteur" dans le champ politique, me semble être aussi cela.

N.C.

Aucun commentaire: