mardi 2 avril 2013

Ombres d'or



 
Les boutons d’or,
entre chien et loup, ce soir, me dépaysent...
Leur ensommeillement que le crépuscule enténèbre
rend paresseuse l’herbe aux couleurs repliées.
                   
Ombre et  lumière rivalisent en dissolution.

La nuit, lente vague d’encre,
monte de la terre, enveloppe le monde,
dans le duvet froissé des derniers chants d’oiseaux

Se formeront les rêves, superposés, glissant
en mouvements félins de mondes parallèles.

Au matin, le jour renaîtra, clair obscur...

Aurai-je oublié les boutons d’or ?
Non. Ou peut-être si.
Ils ressurgiront, rajeunis par la nuit, première apparition,
éclats de connivence avec le soleil.

noco


Aucun commentaire: