dimanche 28 avril 2013

Rose brume



L’herbe étrangement tremble au vent frissonnant...A peine, au loin,
s’empourpre ce bosquet...
Ses mur s’entrouvrent
sous l’infime caresse du jour levant...
Tes cils furtivement tressaillent
puis quittent les haillons d’un rêve en allé dans la nuit...
                    
Tu pressens l’odeur du café où te porteront tes pieds nus ;
au-delà de la fenêtre, tes yeux grand ouverts se mêlent
à la lumière indécise...
geste suspendu...
au-dessus du vert mystérieux des arbres
poudrés de rose brume...là, dehors.

noco

2 commentaires:

Hécate a dit…

Tout la délicatesse des sensations à travers le prisme des couleurs où l'odeur du café apporte sa note de réalité ...
J'espère que vous avez passé un bon dimanche de premier mai. Amitiés.

Noëlle Combet a dit…

Merci Hécate pour votre fine lecture et vos vœux.Les clochettes d'un brin de muguet ont mis quelques légères sonnailles sur ma journée du 1er mai.
J'espère que vous allez bien et que la méchante tendinite (était-ce bien cela?), n'est plus qu'un souvenir oublié et lointain.