samedi 5 avril 2014

Migrance




L’enfance en chapeau de paille verte,
la maturité, chapeau doré,
et le grand âge, chapeau brun buriné.
Sur ta tête, tu les sentais empilés en instable
équilibre. 
Tu les rajustais, mêlant tes doigts au réseau de fils
intriqués de perles multiples sur le dessus.
Le rasoir d’Occam trancha les liens.
A terre, le triple chapeau est sans raison…
déserté de la forme qui le justifiait…

La fillette qui passait par là, tout embrassée de marguerites,
s’’empara des trois chapeaux,
coiffa le vert, toucha les perles éparpillées sur les deux autres,
en abandonna quelques unes au sol,
enfouit son butin dans les marguerites,
s’en fut, le tenant contre elle
jusqu’à plus tard.

noco

Aucun commentaire: