dimanche 22 juin 2014

A cet instant,





abeilles sauvages s’empressent
contre le callistémon…
L’air s’embourdonne de vibrants battements d’ocre brun,  
Se pique de rouge ardent ponctué de grains dorés.
Au ciel, les nuages sombres se défilent.
Vivace, la plante des pieds, s’attarde, s’assouplit contre l’herbe tiède,
se  rince du grand écart

et  rêvé par la fleur le regard éperdu en reconnaissance s’évase.

noco



2 commentaires:

Vincent Lefèvre a dit…

[court instant]

parfum rouge de tulipe un moineau accroché à la tige


Belle journée à vous, Noëlle.

Noëlle Combet a dit…

Merci pour ce moineau de parfum rouge enivré. J'ai beaucoup apprécié aussi les photos, l'ombelle déployée de la Grande berce du Caucase. Il y a, dans votre "campagne profonde" des splendeurs.
Bonne soirée et nuit doucement rêveuse.