dimanche 31 août 2014

Si grande la nuit



Une nuit plus grande que moi, plus grande que le ciel, s’est plongée dans l’encre blanche, éclaire l’insomnie, sème dans mes pensées des hiéroglyphes transparents alors que sonnent les heures, que je voudrais dormir, que je n’y parviens pas, assoiffée de mots balbutiés, parlés, écrits, dans la beauté, l’ivresse et le désespoir du monde…jusqu’à ce que l’ombre lactée de cette nuit-là, plus grande que moi, plus grande que le ciel, s’enroule en moi , que je m’enroule en elle, et qu’enfin épousée par ma peau, j’obtienne les rêves et des libellules autour de tes lèvres.

noco

dimanche 17 août 2014

Conte pour celle qui voulut arrêter le temps



Un jour, aux abords de la vieillesse, une rencontre étrange, improbable, fit rejaillir le passé dans le cœur de Julie et elle put croire que le temps s’était arrêté. Elle s’épuisa à ce rêve,  crut bien en mourir de désespoir au regard de la réalité qui la faisait buter sur l’impossible : non ! Il n’y avait plus de place pour un désir juvénile…celui-ci devenait de plus en plus discordant mais ne cessait de la hanter.  Comment rompre avec cette illusion ?
Assommée de souffrance et de contradictions, elle partit un jour droit devant elle, sur un chemin, en direction de la forêt, dans le désir de s’y perdre et de ne plus jamais revenir.
Sur le sentier, des parfums l’accompagnaient ; elle reconnut comme des senteurs d’enfance : giroflées, tilleul… Une fraction de seconde, elle retrouva l’odeur de sa mère et se mit à pleurer d’émotion. La végétation devenait plus dense, moins fleurie, plus ténébreuse. Elle allait, allait, sans s’arrêter. Elle demanda à la forêt, devenue aussi obscure que la nuit la plus noire, de la recevoir en sa terre pour toujours. Un silence profond, impénétrable, lui répondait.

Tout  à coup, une cabane bancale apparut au centre d’une trouée lumineuse. Une très vieille femme était assise sur un banc. Elle lui  ressemblait un peu à  mais ses yeux étaient plus malicieux, alors que ceux de Julie restaient embués par la douleur. Elle se leva pour l’accueillir
-Bonjour Julie. Cela fait plus de vingt années que je t’attends ici.
 Elle l’invita à s’asseoir à ses côtés et alors, Julie reconnut son ancêtre, si chargée de siècles que ses doigts avaient la forme de l’extrémité des branches fourchues  et que sa peau rugueuse était de la couleur des écorces.
- Je vais te raconter une histoire lui dit-elle, reprenant place sur le banc, à ses côtés :

-Dans un royaume, un roi et une reine avaient trois filles. La cadette était la plus belle, la plus vive, la plus sage, porteuse d’une intime connaissance des réalités de la vie et des hommes.  Mais le problème était qu’elle ne grandissait pas. Ses parents firent de nombreux voyages  pour consulter tous les médecins de leur empire. En vain : cette maladie leur était inconnue…Un jour, en désespoir de cause, l’un d’entre eux leur conseilla de s’adresser au magicien de la région d’Ohos, celui que les gens du pays nommaient l’ « ermite ». Ils ne le rencontreraient pas sans peine : il sillonnait les chemins, mettait sa science hermétique au service des plus démunis, ne faisait halte que sporadiquement dans le renfoncement d’une roche d’albâtre.
Le couple royal se mit en chemin, trouva plusieurs fois le refuge vide, refit le chemin encore et encore... Et un jour, le sage du pays d’Ohos fut là ; il posa sur eux un regard si bienveillant qu’ils en furent émus. Un colibri ne cessait de voleter autour de lui. Les ayant écoutés longuement, il se recueillit, tandis que le colibri se posait sur son épaule.
- Votre fille reste petite, leur dit-il après un long silence, parce qu’elle a dans le cœur une minuscule horloge dont les aiguilles se sont bloquées. Elle ne pourrait grandir que si, les aiguilles ayant repris leur mouvement, la circulation du sang pouvait dissoudre l’horloge.
-Mais alors, comment faire ? Questionnèrent-ils, désorientés.
-Je vais vous donner un flacon de liqueur de temps répondit-il mais ce n’est pas un liquide à boire. Pour qu’il soit efficace, il vous faudra beaucoup de patience pour aller cueillir chaque jour une rose d’une espèce rare, qui pousse loin de chez vous ; et chaque jour, à votre retour, vous piquerez le petit doigt de votre fille, et recueillerez la goutte de sang dans la fiole de liqueur de temps.
Ainsi firent-ils, des jours et des jours, ramenant cette rose étrange, d’un incarnat finement nervuré de vert, et, des jours et des jours, ils ajoutèrent des gouttes de sang à la liqueur de temps.
Les années passaient, ils se faisaient vieux, l’enfant restait petite, et puis, un matin, stupéfaits, ils la découvrirent adolescente, jeune femme le lendemain, et, les deux jours suivants, femme mûre, vieillissante enfin. Ils purent alors s’allonger pour se reposer, puis mourir : leur enfant avait adopté son temps.

L’ancêtre se leva ; le moment était venu, de se quitter. Julie se remit debout. Elles se saluèrent avec respect ; tout à coup les lignes de l’ancêtre s’estompèrent, elle devint fantomatique puis disparut dans un remous de brouillard. Un oiseau, au loin, lança un cri aigu.
Julie tremblait lorsque, après la rencontre, elle reprit son chemin dans la forêt épaisse et froide. Le soleil la réchauffa sur le sentier du retour, couleurs, lumières et odeurs à profusion. Elle se retrouva tout à coup chez elle, en elle, devant la fenêtre qui ouvrait sur des arbres et elle fut en phase avec ce temps qui passe et nous dépasse. Ce fut comme une déchirure, un paysage d’eau après plusieurs années de marche sur des terres aventureuses, accidentées, parfois jubilatoires, souvent désertiques, périlleuses, accidentées. Sa confiance en elle et en la vie s’y était souvent exténuée même si le doute systématique, automatique, celui qui ne se met pas lui-même en doute, était resté à ses yeux le pire des poisons.

Aujourd’hui, le temps et elle s’étaient, l’un l’autre rattrapés. Julie avait enlacé, d’un geste ample et enveloppant, le compagnon des jours de sa vie tandis que se mêlaient leurs rides, toile irrégulière, lignes de failles et d’outrages, dans les orages, lignes de force dans le fût des chênes centenaires, lignes de volupté dans la danse et la senteur des roses rares. Une impression  étrange, silencieuse, aérienne, la saisit soudain et ce bref instant touché par le soleil, exista maintenant et pour toujours. Le monde, en sa conscience à la fois recueillie et élargie était devenu intensément vivant.
N.C.
 

dimanche 3 août 2014

Parler loup


 
Le jour où j’ai parlé loup, ta peau a consenti, velue, velours, à la caresse ; et ton élan, grave et puissant, à mon corps.
Le jour où j’ai parlé oiseau, la grande pica pica, de l’arbre qu’elle fréquente, a laissé choir entre mes mains une plume noire et blanche.
Mille lumières se sont allumées: plume trempée dans l’encre, elles se sont disséminées en mille feux follets sur mille feuilles, disant ma vie sauvage, mes amours, mes désirs, mes brisures, mes éclats.
Marchant sous l’envol de la grande pica pica, je vois le minuscule brin d’herbe résister, obstinément, au béton ; je longe les grillages, trouve un passage, m’enfonce dans la forêt la plus brune ; une voix répète en moi : au-delà, au-delà, au-delà…
Cheminant, j’ai coincé la plume derrière mon oreille ;  elle vibre à la beauté des arbres, à l’odeur des fleurs, au pépiement des oiseaux, au mouvement du vieux paysan qui emplit sa musette de champignons. Je bois l’air goulûment, avec gourmandise, recueille le moindre crépitement de la plume, les jeux de lumière au-dehors, en moi… et m’abandonne à cette source de plaisir profond qui tout à coup m’emporte, plus loin encore…au-delà… vers les lucioles revenues, embrasant le buisson…là-bas…

noco