vendredi 23 janvier 2015

rhizomes



Errer

de lumière en mélancolie,

cueillir en passant,

l’ellipse d’une feuille,

goûter la nacre sucrée d’une luzerne,

aller,

de multitude en solitude,

de toi à moi,

d’émois en absences,

de vide en présence,

effacer

le sillage infini des mots,

d’iris en roseaux,

épuiser la soif de leur coupe pleine,

les verser

dans le silence de la secrète solitude,

amande douce amère éclatant sous les dents.



nc

5 commentaires:

Vincent Lefèvre a dit…

Noëlle, telle qu'on la retrouve et telle qu'on aime à la lire (et relire) en poésie.

Bien cordialement. V.

Noëlle Combet a dit…

Bonjour Vincent,
Je sais bien que ce sont les poèmes que vous appréciez; je ne peux pourtant pas m'interdire mes points de vue dans d'autres domaines, mais, sauf circonstance particulière ou inspiration inattendue, je n'écris pratiquement plus et vous feriez la grimace sur mes actuelles lectures, plutôt sociopolitiques dont je n'ai pas l'intention de rendre compte sur le blog. Comment allez-vous? N.

Vincent Lefèvre a dit…

Disons que je suis surtout sensible à la/votre poésie ! La pensée sociopolitique me semble si difficile à cerner actuellement !

Pour ma part, je passe mal l'hiver et je m'applique bénédictement à transférer l'ensemble de mes sites et blogues vers un nouvel hébergement. Cela prendra des semaines, voire certainement beaucoup plus (je dois remonter à 2003).

http://excentric-news.info

Bonne journée à vous.

Noëlle Combet a dit…

Je suis allée visiter excentric-news. Présentation impeccable de qui se débrouille de façon très astucieuse avec l'informatique. J'en suis verte de jalousie...ai retrouvé avec bonheur quelques titres et textes...

Anonyme a dit…

Quel joli poème !
S'il vous plait, accordez nous encore quelques merveilleux instants.
Luc