mercredi 18 mars 2015

Interstice



Ce matin, dans le pré autour de la maison, le cerf, la biche, les faons, tout en gambades et brins d’herbes goûtés, se sont  faits annonceurs du recommencement.
Dans le parfum nouvellement éclos des narcisses, une vague vive se dilate en moi, m’entraînant au plus profond du temps retrouvé.

Instant de joie absolue, quand la beauté du monde, dans un interstice inattendu, permet d’en oublier la folie

et de dénouer nos détresses.



nc

3 commentaires:

Luc a dit…

Si vous avez écrit ce poème ce 18 mars, le soleil est votre ami !vraiment.

Noëlle Combet a dit…

Je l'ai écrit le 17 et publié le 18 et le soleil était ce jour-là mon ami!!Merci pour votre visite.

Luc a dit…

...Le printemps, les beaux jours vous inspirent donc une poésie que j'aime, en fait celle de la nature. Merci de penser à tous ceux qui effacent quelques soucis en cette saison. ...Aux prochains rayons,...une douceur, merci.