lundi 4 janvier 2016

La musica



à E.L.

Née dans la paume de la voix…

la musica,
pas de lui, ni d’elle,
de personne,
du masque mélancolique d’une âme,
d’ailleurs et d’ici, de partout,
de toujours et jamais, de toujours à jamais,
elle dit la pâleur d’Iseut, la fougue de Carmen,
 la mort et les neiges d’antan,
les avenirs improbables…
et lentement se replie

 dans la paume de la voix.
nc

6 commentaires:

r.t a dit…

Quelle belle image !
Où la musique prend-elle naissance ?
Dans le creux sensible et chaud d'une paume, comme vous le dites... dans ce cœur où se recueillent les vibrations, qu'on appelle l'âme de l'instrument... dans la rencontre mystérieuse des échos qu'entendit Pythagore ?

Noëlle Combet a dit…

Merci René...J'étais très en doute quant à ce texte qui m'a en quelque sorte échappé, comme ça d'un coup, après avoir lu un poème évoquant la musique sur le blog d'une amie. C'est comme si une autre, en moi, s'était, de façon inattendue, exprimée. Qui donc parle lorsque nous écrivons, qui, en nous, chantant, nous enchante?

r.t a dit…

Longtemps longtemps longtemps après que les poètes ont disparu
leurs chansons courent encore dans les rues...

Noëlle Combet a dit…

Cet air...
fera-t-il vivre un vieux mendiant
ou dormir un enfant...

Luc a dit…

Votre très joli texte m'évoque une période de ma vie beaucoup moins poétique, celle de mon service militaire (obligatoire !).Vous allez penser que le clairon et la musique militaire n'ont rien de très harmonieux !. Je dois vous dire que j'étais radiotélégraphiste de messages en morse. Il est impossible de décrypter ce langage en pensant points et traits, c'est en fait une musique qui guide notre main...vous comprenez maintenant ma surprise de votre "née dans la paume de la voix"...La musica !...vers la paume de la main! la votre, poétique et la mienne...de personne, de partout, de toujours...et plus jamais!.

Noëlle Combet a dit…

Quel joli jeu de paumes, Luc. Merci. J'ai beaucoup apprécié ce commentaire si personnel.