mardi 20 juin 2017

Allant devant



Avec lenteur, aimantée par les fleurs en épis d’étoiles, je me suis inclinée, profondément, vers la tubéreuse. Me penchant plus encore, j’ai frôlé de mes lèvres, un peu, à peine, tout doucement, la soie du pétale proche.
L’espace d’un instant, douceur de cet effleurement, j’ai senti affleurer en moi, afflux puissant, toute la vie du monde ; ce contact où se déclinaient caresse, transparente blancheur et parfum ténébreux ont  dilaté de jubilation ma poitrine et mon esprit.
Après, quand je me suis redressée, le charme, avec le vent traversant, s’est envolé ; mais il me restait, lointaine et cependant tapie au plus profond, l’évidence de ce souffle échangé, l’indice d’une existence irréfutable, dans la complexité du  mot dont la composition, en sa musique, fait signe d’un être là et aussi au- dehors.
Dans cet entre deux existentiel, j’ai su et sais encore que la pureté de tous les idéaux est aboyeuse, totalitaire et cupide, que l’exil abandonne, sur son passage, des chaussures de toutes les pointures et de toutes les formes ; je sens les branches du temps ployer sous la gravité des expériences de joie et/ou de souffrance ;  j’éprouve les encombrements de la vie quotidienne, le matraquage de l’information, la douleur du malheur humain, dans ses naufrages, l’indignation et les élans compassionnels vainement exprimés ou affichés ; et je connais le dessillement rude des désidérations mais, tout autant, les saveurs de l’aimance.
Et au plus intime, persévère à ne pas s’enliser, l’assurance advenue de cette rencontre subtilement charnelle avec la fleur : un jour ou l’autre, fugitivement, à un détour, cette certitude se refera expérience, inspirance .
La tubéreuse souffle mêlé m’ouvre l’ allant devant du chemin.
nc 

2 commentaires:

Hue Lanlan a dit…

face aux encombrement de la vie quotidienne cet effleurement de fleur qui rappelle l'essentiel : fragilité et éphémérité, merci de ces mots et de ce qu'ils évoquent et que je partage bien volontiers chère Noëlle, belle journée !

Noëlle Combet a dit…

Merci, chère Huê pour ce partage que vous évoquez là et que je ressens chaque fois que je vous lis avec le sentiment que, oui, de toute évidence, les sensations et l'amour des mots qui en témoignent, nous les avons en commun. J'apprécie vos passages ici. Belle journée à vous aussi...