mercredi 5 juillet 2017

Policomique, policolère

Politicomique, politicolère

Ainsi donc, Edouard Philippe a adoubé hier Jean-Luc Mélanchon : saluant sa "cohérence", il l'a institué selon le principe du funeste Carl Schmitt (nommer l'ennemi) ou l'aphorisme d'Oscar Wilde (choisir son ennemi avec précision). Ainsi le pouvoir a-t-il non seulement la Majorité mais encore une Opposition -Ouf!- (à distinguer de contestation). Les deux pourront s'utiliser mutuellement et le ring est à nouveau dressé : nous aurons à nouveau des combats saignants. Entre les deux extrémités, noir et blanc, toutes les nuances de ce qui se trouve "entre", gris et couleurs seront écrasées. Il ne nous reste plus qu'à garder foi en des résistances raisonnées et à continuer à chercher "en marge", dans notre intériorité, dans la poésie, dans l'art cette sensibilité en demi ton que les caricatures politiques ne nous permettent pas, pour l'heure, d'exprimer...Mais qui sait? On peut peut-être escompter que des voix "entre", s'élèveront.
NC

Aucun commentaire: