samedi 28 avril 2018

Tracés


Lune en croissant  renversé, profile une barque effilée pirogue barcarole embarque le lait de la nuit, berce des mots brindilles, fragments d’écorces images vaporeuses voguant, vagues d’encre.

Vents  nuageux estompent, avalent l’esquif ; le chat huant, de sa voix rauque, miaule, hulule, griffe, rocaille, débouche l’ombre muette
                                      
L’ aile feutrée, voluptueuse et large, balaie les nuées évente la barque croissant ressurgi, chant huant ouvre aux mystères mondes invisibles et le regard se perd.

Point de l’aube, barque translucide en évanescence ; la brise transparente caresse les soies, soies capucines, marcassines, capelines dans la vie qui bat.
nc


6 commentaires:

Hue Lanlan a dit…

se laisser embarquer sur la barque des mots essaimés en son ciel là où le langage se fond à la nature mondes mondes si humblement humains

Noëlle Combet a dit…

Dans vos mots et vos images, il y a aussi barques et lunes...Merci de vous être laissée embarquer ici dans cette barque-ci qui, ces temps derniers, tend à s'(é)vider! Le langage est-il finalement en train de fondre dans la nature? Bonne après-midi, Huê ;-))

r.t a dit…

Merci la lune, pour ces mots suspendus d'une plume qui rêve.

Noëlle Combet a dit…

Merci René; j'aime cette "plume qui rêve" et je la vois, quittant la main, s'envoler et rejoindre le duvet des nuages.

thami a dit…

Un tracé lunaire ni du premier ni du dernier quartier. Comme un arc de partage en parfaite lévitation! Les grammairiens arabes font le distinguo entre les consonnes dites solaires et les consonnes dites lunaires! Ces dernières sont celles qui ne sont pas réalisées ou articulées avec la pointe ou la lame de la langue.
Bonne fin de soirée chal-heureuse!

Noëlle Combet a dit…

Merci Thami. J'adore ce distinguo entre consonnes solaires et consonnes lunaires. Je me suis exercée à y éprouver l'alphabet découvrant avec surprise la lunarité du m et la solarité du n.
L'absence d'aspérités (pointe lame) spécifiant le féminin et...
Bonne chal-heur(e) de cette journée à toi aussi.