lundi 18 novembre 2019

La simple expression



Moutons en procession d’incessante transhumance ou nuages neigeux, allant, venant,  t’informant, déformant, transformant,  pensées glissent dans tes lointains. Point ne veux aujourd’hui les retenir, les capter, les figer, point ne veux dé-montrer. Qu’elles aillent,  gambadant, furtives, au gré, vire voltant au vent qui les grise. Nuées pensives filent le ciel, le lissent, le tissent et détissent,  le friselisent, enflent, crèvent faisant pleuvoir des mots

Ne pas raisonner; juste se faire résonnance de ces mots s’aversant en touches sur ta peau tambourinée.  T’appellent leurs phonèmes, te hèlent, s’épellent en ruissellements de  pluies plurielles puis fluviales. Ton être s’en pénètre, se coule dans leur fil, s’en creuse de sillons, traits, couleurs, vibrant,  crayonnant  paysages, visages,  émotions, silences, tandis que vacante, déliée, nonchalante, tu bivouaques  en l’instance de ta plus simple expression

nc

.